MH_web1.jpg

Mémoires d'Hadrien

de Margueritte Yourcenar

Concert - lecture

Cette oeuvre qui est à la fois roman, histoire, poésie, a été saluée par la critique française et mondiale comme un événement littéraire. En imaginant les Mémoires d’un grand empereur romain, l’auteur a voulu « refaire du dedans ce que les archéologues du XIXe siècle ont fait du dehors ». Jugeant sans complaisance sa vie d’homme et son oeuvre politique, Hadrien n’ignore pas que Rome, malgré sa grandeur, finira un jour par périr, mais son réalisme romain et son humanisme hérité des grecs lui font sentir l’importance de penser et de servir jusqu’au bout. Marguerite Yourcenar a indiqué dans ses Carnets de notes qu’une citation de la correspondance de Gustave Flaubert était à l’origine de son désir d’écrire ce livre : « Les dieux n’étant plus et le Christ n’étant pas encore, il y a eu, de Cicéron à Marc Aurèle, un moment unique où l’homme seul a été. »

« Si la forme choisie par Marguerite Yourcenar pour son roman «Mémoires d’Hadrien» fut celle du monologue ce fut, dit-elle, afin de laisser l’empereur «parler de sa vie plus fermement et plus subtilement». Ce « Portrait d’une voix » s’est incarné à travers celle d’André Loncin pour nous restituer avec bonheur la langue classique et majestueuse d’une des oeuvres phares de Marguerite Yourcenar. Les pièces de Bach interprétées au violoncelle par le talentueux Valentin de Francqueville accompagnent superbement la mélodie des mots pour deux heures d’accords parfaits. »

Delphine Courtot, Musée Marguerite Yourcenar de St Jans Cappel